Soyez ravis par vos enfants!

Quand le dessin vient à bout d'une situation conflictuelle.

Je vous livre un petit témoignage sur les possibilités qu'offre le dessin pour apaiser une situation tendue.


Après une journée cool, l'après repas était tendu, les enfants se couraient
après, se faisaient mal, se chatouillaient violemment. Bref, j'avais pas
envie de m'en occuper mais ça dégénérait!
mon fils crie "arrête!", ma fille continue, son père s'énerve, la chope, essaye de
lui faire un câlin, la lâche, elle recommence, là il l'envoie dans la salle
de bain, elle hurle. Vous voyez le genre d'enchaînement galère. Elle sort ,
recommence direct à embêter son frère, bref , je me sentais désemparée .

J'ai repensé au mail sur le travail de Joe-Ann Benoit, alors je lui ai dit "viens voir, on va faire
un truc toutes les deux". On est parti dans la salle de jeu et je lui ai
donné des feuilles en lui demandant si elle voulait bien dessiner comment
elle se sentait. En grommelant, elle fait un gribouillis marron. Je lui
demande si elle se sent bien, si elle trouve son état agréable, elle me dit
non, et je lui propose de déchirer le dessin. Elle le fait, je lui propose
de dessiner encore et elle accepte, c'est jaune et rose et plus petit. Puis
un troisième, un visage avec un grand sourire, puis le corps avec plein de
couleurs. Et elle me dit "c'est moi".
Et on est parti se préparer, tranquille.

Bon, j'ai tenté, j'étais fatiguée, à court , ça a été pas mal, je crois que
je le referai dans les cas "désespérés". Pas systématiquement bien
sûr. Je n'ai fait aucun commentaire, d'aucune sorte, juste proposé de faire
le dessin et le déchirer.
J'ai recommencé dans la semaine qui a suivi et elle a accepté à nouveau avec le même résultat.
Les deux fois elle a désiré que le dernier dessin soit accroché dans la salle de jeu. Et quand quelqu'un vient à la maison, elle raconte ce qu'elle a dessiné ("j'ai dessiné ma colère puis j'ai déchiré le dessin, etc...").



Rédigé par anne marie le Samedi 12 Février 2005 à 00:00 | Lu 4593 fois