Attention, bobard absolu !


Franck Martin

Après une courte hibernation, le serpent à sornettes a remis en route l'usine à bobards.
Celui-là est particulièrement rigolo... tant il dénote chez le malheureux une perte totale de contact avec la réalité.
Heureusement, cette ènième tentative de manipulation a tourné court.
Qui est encore assez naïf pour le croire ?


Certains se prennent pour Napoléon...

En pleine paranoïa, il invente une preuve... qui n'en est pas une
En pleine paranoïa, il invente une preuve... qui n'en est pas une
Certains se prennent pour Napoléon.

Lui s'imagine dans le rôle de Zola au moment de l'affaire Dreyfus, il se voit dans la peau de Clemenceau titrant J'accuse ! 
Ou plutôt, faute d'affaire Dreyfus, il va jouer les Victor Hugo...

Pour faire pleurer dans les chaumières, il lui faut une Cosette. Pas de Cosette ? Qu'à cela ne tienne, il en invente une, en faisant mousser les racontars - bien peu fiables - d'une employée de l'Agglo en délicatesse avec son employeur. Il a trouvé sa Cosette. Maintenant, il lui faut un Thénardier.

Thénardier ? Il est tout trouvé : c'est le président de la CASE. Aveuglé par la haine qu'il me porte, il me prête le rôle du persécuteur sadique.

Le rideau peut se lever sur l'intrigue : selon notre Zola - qui fréquente plus le golf du Vaudreuil que le temple de la Vérité - la CASE serait un affreux bagne, où le personnel vivrait " dans la souffrance".  Mais heureusement, Houel va mettre bon ordre à tout cela.

Se rêvant encore dans la peau du grand journaliste qu'il a cru être, notre plumitif retraité tient enfin son scoop, il met un scène son grand drame social : Les Misérables de la CASE.

Drame social qu'il dénonce «héroïquement»,  embusqué derrière son cliquetant clavier. Selon lui, les employés de la CASE seraient torturés par la "souffrance au travail", persécutés qu'ils sont par un encadrement et surtout un président carrément sadiques.

Le premier acte des Misérables a posé le décor et les personnages. Voici le coup de théâtre ! Houel détient une preuve ! Et il la publie : c'est une offre d'emploi ! ( voir ci-contre )


Second acte : une "preuve" qui n'en est pas une

Le personnel de la CASE ne se laissera pas manipuler par le serpent à sornettes
Le personnel de la CASE ne se laissera pas manipuler par le serpent à sornettes
Second acte du drame social : persuadé de la puissance de sa plume, certain que tout le monde craint son petit blog, notre Don Quichotte s'auto-hypnotise : à lui seul, il croit faire trembler de peur les responsables de la CASE ! Il prétend en avoir la preuve : le coup de trompette de sa dénonciation a fait tomber les murs de la forteresse.

Fier comme Artaban, notre chevalier à la triste figure brandit la preuve de sa victoire... contre les moulins à vent : une simple offre d'emploi !

En effet, pour un paranoïaque, les coïncidences n'existent pas. « Si l'agglomération embauche un technicien chargé du respect de l'hygiène et de la sécurité, affirme le serpent à sornettes, c'est parce que "la souffrance au travail" atteint de tels sommets que la CASE est contrainte de se soumettre aux normes en vigueur pour la protection du personnel. »

Bien entendu, tout cela est du pur roman, issu d'une imagination hallucinée par la haine.

L'embauche d'un ACMO est bien en cours à la CASE, mais elle n'a rien à voir avec le roman social inventé par le serpent à sornettes. La CASE n'ouvre pas d'emploi nouveau, il s'agit simplement de remplacer celui en poste depuis 2005 ! Heureusement, le personnel de la CASE connait la vérité et la fausse preuve a éclaté au nez de l'affabulateur.

La prosaïque vérité : personne ne se laisse manipuler

Le poste de conseiller en prévention a été créé en 2005 à l’Agglomération Seine-Eure !

Il  a été occupé pendant plus de 7 années par un agent (mutualisé avec la Ville de Louviers). Cet agent a fait valoir son droit de mutation pour une autre collectivité. C’est dans ce cadre que l’annonce de recrutement a été diffusée comme tous les renouvellements ou créations de poste le sont auprès du centre de gestion, de l’ANPE et sur le site internet de l’Agglo, transparence oblige.

Ce poste  évolue sur des missions à 100% sur la CASE. De plus, pour que toutes les collectivités membres puissent profiter de la compétence CASE, nous ferons à titre gracieux du transfert de compétence auprès des secrétaires de mairie pour qu’elles puissent se mettre en conformité avec la règlementation en vigueur en matière d’hygiène et de sécurité.
 


L'absurde... révélé par la preuve

Voici l'annonce - la prétendue "preuve" de Monsieur Houel. Si l'annonce vous intéresse, il est encore temps de postuler : le poste n'a rien à voir avec celui de "nettoyeur social" imaginé par le chevalier à la triste figure.

Un Conseiller en Prévention (H/F)

CADRE D’EMPLOIS DES TECHNICIENS TERRITORIAUX
Missions principales
Placé sous l’autorité du Responsable du service Relations Humaines, vous serez chargé(e) de :
- Vérifier l’application de la réglementation en matière d’hygiène et de sécurité
- Proposer des solutions
- Suivre les dossiers d’indisponibilité physique des agents
Contenu de la mission
- Analyser les risques professionnels par poste
- Elaborer et mettre à jour le document unique des risques
- Proposer des solutions pour l’amélioration des conditions de travail par l’aménagement ergonomique de certains postes et l’aménagement des locaux de travail
- Elaborer des consignes générales et particulières de sécurité : règlement intérieur, fiches de risques
- Animer des formations, des réunions de sensibilisation et d’information sur l’hygiène et la sécurité
- Vérifier l’application des règles d’hygiène et de sécurité en interne et en externe
- Concevoir et mettre en œuvre des tableaux de bord et indicateurs de gestion
- Participer aux réunions du CHSCT
- Suivre les dossiers des agents auprès du Comité Médical et de la Commission de Réforme en lien avec l’agent en charge de la gestion des carrières
- Accompagner la Responsable des Relations Humaines et la Direction sur les reclassements professionnels à venir
- Venir en appui aux Secrétaires de Mairie et/ou DGS des communes membres pour la rédaction des documents réglementaires
Profil recherché
- Bac + 2 en hygiène et sécurité
- Expérience sur un poste similaire fortement appréciée
- Connaissance du code du travail et de la réglementation santé et sécurité dans les collectivités locales
- Techniques d’analyse des situations de travail
- Fonctionnement et attribution du CHSCT
- Maîtrise de l’indisponibilité physique des fonctionnaires
- Méthode d’évaluation des risques professionnels et techniques de retour d’expérience en termes d’accidentologie du travail
- Respect des obligations de discrétion et de confidentialité
- Veille juridique
- Qualités relationnelles, autonomie, initiative
- Être force de proposition
Contraintes du poste
• Transversalité importante
• Les missions s’exercent dans le respect des principes de Développement Durable et des orientations définies dans le cadre de l’Agenda 21 et du Plan Climat de l’agglomération Seine-Eure
Ce poste est à pourvoir pour le 1er mars 2013.
Renseignements complémentaires auprès de Madame CORDONNIER, responsable du service Relations Humaines
au 02 32 50 89 29.
Merci d’adresser vos CV et lettre de motivation avant le 15 janvier 2013 à :
Monsieur le Président de la communauté d’agglomération Seine Eure
Maison commune, Parc d’activité de la Fringale – Avenue des métiers
BP 117 - 27101 VAL-DE-REUIL CEDEX


Vendredi 28 Décembre 2012


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Novembre 2013 - 16:37 Faut-il supprimer les indemnités d'élus et...

Vendredi 15 Novembre 2013 - 11:09 Vos gueules, les chouans... (suite)

Louviers | CASE | Eure | Normandie | Politique | Humour | Editorial (vidéo) | Revue de Presse | Polémique | Vidéune | Route du Rhum | Présidentielle 2012 | Elections 2014 | Mairie de Louviers | Elections 2017 | Revue de Presse | Facebook | La Chronique de Pascal Hébert | Haro | USA Election