blocnotes

M Real : un pathétique malentendu... soigneusement orchestré


Franck Martin

Le conseil municipal de Louviers a été perturbé par une manifestation des salariés de MReal. Après avoir lu La Dépêche de la semaine dernière, ils sont venus me demander des comptes. Je les comprends : à leur place, j'en aurais fait autant. Sauf que... l'article du journal ne reflète en rien ma position sur la situation des salariés de M.Real... La Dépêche s'en moque : l'important est de faire passer les élus pour des guignols. La caricature fait vendre et c'est facile à faire...


Des salariés manipulés par la presse
Des salariés manipulés par la presse
Le manque de professionnalisme de la  Dépêche a atteint des sommets la semaine dernière ! En tronquant mes propos, en les sortant de leur contexte, en les pimentant de commentaires cyniques et déplacés, la journaliste a réussi son coup : faire exploser la marmite des salariés M-Real.
Quand, en plus, la colère de ces salariés est attisée par des groupes politiques  qui se servent de leur détresse pour exister et tenter de me flinguer au passage... on aboutit à des scènes extrêmes comme celles que nous avons vécu hier soir juste avant le conseil municipal.
Une cinquantaine de salariés de M-Real se sont en effet invités au conseil pour me demander des comptes sur les propos que la Dépêche prétend que j’ai tenus ; mais aussi sur mon soi-disant silence depuis l’annonce de la fermeture de l’usine. Avant de quitter les lieux, ils ont déversé des ramettes entières de papier dans la salle et à  l’extérieur de la mairie.
Certes, je n’ai pas fait partie du défilé de politiques qui, à des fins électoralistes pour la plupart, sont allés pleurer sur le site d’Alizay au milieu des salariés ; j’ai refusé de venir leur vendre des illusions et leur mentir : c’est ma vision de la politique ! J’ai d’ailleurs été un des premiers à dire la vérité, celle que de nombreux salariés de M-Real m’avaient déjà confirmé : « M-Real c’est fini » ! L’urgence était à mon sens de travailler à trouver des solutions pour que ce site puisse continuer à vivre, être réindustrialisé... pour l’avenir des salariés de M-Real.
 
Je n’ai pas de responsabilité particulière sur Alizay, M-Real n’est pas dans la CASE... mais je suis solidaire et concerné : j’ai signé et transmis à la Préfecture une motion votée à l’unanimité par le conseil communautaire de la Case pour soutenir les salariés de M-Real, dénoncer la décision scandaleuse du groupe finlandais et appeler les politiques compétents à prendre leurs responsabilités pour  trouver une issue pour les 330 salariés de M-Real et tous les emplois qui en découlent. C’est ce que j’ai expliqué et prouvé hier soir aux salariés.
 
Aujourd’hui, je suis totalement d’accord avec les salariés : il faut changer la loi pour empêcher un patron d’agir comme le fait actuellement le groupe finlandais. C’est là notre rôle, à nous politiques, faire en sorte que la loi change pour que cessent ces drames humains. C’est également le message que je leur ai passé hier.
 
Il est bien évident que je suis concerné et sensible à la catastrophe de M-Real : c’est un drame pour les familles, c’est un drame pour les collectivités locales et c’est un drame aussi pour les entreprises induites.
Je déplore évidemment ce malentendu, orchestré par ce journal qui sans aucun scrupule a tronqué mes propos et directement provoqué l’incident d’hier soir. Chacun devra en tirer les conséquences !
 




Nouveau commentaire :

Louviers | CASE | Eure | Normandie | Politique | Humour | Editorial (vidéo) | Revue de Presse | Polémique | Vidéune | Route du Rhum | Présidentielle 2012 | Elections 2014 | Mairie de Louviers | Elections 2017 | Revue de Presse | Facebook | La Chronique de Pascal Hébert | Haro | Elections Législatives 2022 | Editorial | En vidéo | Tweets