blocnotes

Rythmes scolaires à Louviers : le point de vue d'Yves Valin


Franck Martin

La municipalité a mis à la poubelle le projet de réforme des rythmes scolaires à Louviers préparé par la municipalité précédente. Le projet éducatif territorial de Louviers avait été remarqué et salué par l'Education nationale comme un projet visant l'excellence... Le maire tente de mettre en oeuvre un bricolage flou, fraîchement accueilli par les parents et les professeurs... Yves Valin, inspecteur de l'éducation nationale en retraire, nous livre son point de vue.


Journées trop longues : les enfants sont fatigués

Rythmes scolaires à Louviers : le point de vue d'Yves Valin
La raison de la mise en place de la réforme tient à plusieurs constats.
D’abord un constat d’échec grandissant de nos élèves, un maître mot : fatigue. Les comparaisons
avec les élèves des autres pays européens ne sont pas à notre avantage. Depuis plus de 30 ans, les ministères successifs (de droite comme de gauche) se sont penchés sur ce problème sans trouver de solutions ou pire, sans oser les mettre en place.
L’analyse de cet échec met en évidence une grande fatigue de nos élèves, de nos enfants donc, liée à la longueur des journées de classe souvent additionnées des garderies du matin et de celles du soir. Et puis comme on souhaite le meilleur pour nos bambins, nous y ajoutons les activités sportives et autres culturelles. Gardons cette première idée à l’esprit.


Un maître-mot : la régularité et...

Ensuite un constat lié à l’irrégularité dans l’organisation de la semaine, un maître mot : régularité.
On a pensé pour diverses raisons très éloignées de l’intérêt des enfants et que je ne développerai pasici, qu’il y avait nécessité de placer une coupure dans la semaine. De façon arithmétique, on l’a placé en milieu de semaine, le jeudi ; puis le mercredi quand le samedi s’est allégé.
Or, rien ne perturbe plus un enfant que les coupures dans son rythme de vie. Les enseignants peuvent en dire long sur la remise en route du jeudi matin. L’alternance 2 jours de classe, un jour de coupure, deux jours de classe, puis 2 jours de week-end est la pire situation jamais vécue sur le plan des apprentissages.
Puis un constat lié à l’équilibre des activités quotidiennes. L’équilibre entre ce qui est du domaine des apprentissages et ce qui est du domaine du péri-éducatif, des loisirs est primordial. La régularité doit être quotidienne. Cette équilibre associé à la régularité de l’action positive et renforce les apprentissages.

... l'équilibre dans une logique de projet.

Enfin complémentarité. La journée de l’enfant, n’est pas un saucissonnage, une tranche d’école, une tranche de loisir, une tranche de sommeil. C’est un ensemble, un tout où il doit trouver équilibre et complémentarité. C’est pour cela qu’il est important que les différents acteurs, parents, enseignants, éducateurs, animateurs travaillent ensemble à la mise en place de journées, semaines équilibrées
autour de projets communs qui fassent sens pour l’enfant ?
C’est autour de toutes ces valeurs essentielles, régularité, équilibre, complémentarité journalier et hebdomadaire que la réforme a été réfléchie. On peut bien sûr, déplorer qu’il faille réforme là où bon sens devrait suffire. Mais le bon sens ne va plus de soi dans notre société et nos enfants en font les frais. Cette mise en place a un coût, bien sûr, mais il est à la hauteur de l’enjeu : la réussite pour tous.

Priollaud-les-Grands-Ciseaux

Alors que penser de ce fameux allègement dans lequel s’engouffrent tous ceux qui veulent un moindre coût à cette mise en place ou qui ont freiné des quatre fers pour des raisons souvent partisanes ? Que penser du regroupement des activités péri-éducatives sur une demi-journée qui plus est, si elle est placée en toute fin de semaine ?
Du coup quelle différence y aura-t-il entre avant et maintenant, si ce n’est que d’un coup de baguette magique on aura déplacé les temps de l’enfant, non pas pour l’enfant, son mieux être et sa réussite mais pour des raisons matérielles et pratiques.
Louviers semble s’installer dans cette pauvre « dynamique » faisant fi des intenses réflexions qui ont mené à la construction d’un projet sérieux, construit et réfléchi.





1.Posté par Achard de Préville le 14/06/2014 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien sur, d'accord avec Yves sur son constat fait de l'abandon par L'équipe "Priollaud-Terlez" de notre projet d’aménagement des rythmes scolaires. Nous avions choisi L'allongement de la pause méridienne pour respecter les rythmes biologiques de l'enfant. Nous voulions mettre les heures d’apprentissage au moment où l'enfant est le plus en éveil, le plus réceptif, c'est à dire le matin et la fin de l'après-midi, tous les chronobiologistes sont unanimes sur ce point. Le temps autour du repas de midi étant consacré sur des activités périscolaires plus ludiques, demandant moins de concentration. Le report sur une après-midi des activités périscolaires est contraire à l’intérêt de l'enfant.

Nouveau commentaire :

Louviers | CASE | Eure | Normandie | Politique | Humour | Editorial (vidéo) | Revue de Presse | Polémique | Vidéune | Route du Rhum | Présidentielle 2012 | Elections 2014 | Mairie de Louviers | Elections 2017 | Revue de Presse | Facebook | La Chronique de Pascal Hébert | Haro | Elections Législatives 2022 | Editorial | En vidéo | Tweets