Soyez ravis par vos enfants!

L'homme est-il génétiquement méchant?

Olivier Maurel répond à cette remarque:" l'homme est génétiquement méchant...c'est en lui..."


On est obligé de s'habituer à ce genre de réaction qui est une des conséquences de la violence éducative elle-même : "Papa et Maman me frappent, donc je suis mauvais. Tous les copains sont frappés, donc ils sont tous mauvais." Et plus tard, il est tout "naturel" de dire : "L'homme est mauvais fondamentalement...". D'autant plus qu'un bon nombre de religions et de philosophies le confirment : folie originelle, péché originel, animalité féroce, pulsions violentes, violence fondamentale.
Pour répondre à ce genre d'argument, je trouve très utile ce que dit Michel Terestchenko dans le livre:"Un si fragile vernis d'humanité", La Découverte, 2005.
Quand Samuel et Pearl Oliner ont fait une enquête sur plus de 400 "justes" qui, pendant la Deuxième Guerre Mondiale ont sauvé des milliers de juifs, pour savoir ce qui avait pu les amener à avoir à la fois cette compassion, cette audace, car ils ont pris de grands risques personnels, ce désintéressement (leur action était, par force, secrète), cette autonomie (la plupart agissaient seuls et souvent en milieu antisémite), ils se sont aperçus d'une chose : leur point commun était d'avoir connu dans leur enfance "des relations familiales faites d'affection et de confiance, un certain type d'éducation non autoritaire et qui leur a transmis les valeurs de l'aide" (probablement par l'exemple beaucoup plus que par des leçons de morale).
Si l'humanité était mauvaise, ce sont ces gens éduqués librement qui auraient dû devenir les pires.
Et, la quasi universalité de l'emploi de la violence éducative explique très bien que ces "justes" aient été très minoritaires.
Ce qu'explique aussi très bien Michel Terestchenko, c'est que la caractéristique fondamentale de la personnalité altruiste, c'est ce qu'il appelle la "présence à soi", le fait d'avoir toutes ses capacités disponibles au moment voulu (empathie, affectivité, intelligence, attention aux autres, esprit de décision...). Alors que souvent une éducation violente désarticule les personnalités, altère la capacité d'empathie, réduit l'autonomie parce qu'on devient plus sensible au mimétisme de la violence.
Bref, j'ai trouvé que le livre de Terestchenko apporte beaucoup d'eau à notre moulin. Il a d'ailleurs accepté de devenir un des "parrains" de notre Observatoire de la Violence Educative Ordinaire.





Rédigé par olivier maurel le Mardi 22 Janvier 2008 à 17:19 | Lu 4761 fois