Tiré du site du Cercle Corse-Russie  Historique 

http://www.kalinka-machja.com/

 
RUSSES ET UKRAINIENS EN TERRE DE CORSE.


La Corse compte un certain nombre d'habitants d'origine russe et ukrainienne. Ce sont les enfants et petits enfants d'émigrants qui, fuyant le régime bolchevique, se fixèrent en terre corse. 
En effet, le 15 mai 1921, un transport de troupes ayant à son bord 3.800 personnes a mouillé en rade d'Ajaccio. Il y est demeuré jusqu'à la fin juin 1921. La plupart des passagers étaient des soldats de l'armée du général WRANGEL. Mais il y avait également à bord des civils : familles d'officiers, commerçants, fonctionnaires, propriétaires terriens, et paysans ukrainiens ayant choisi le parti des blancs. 

Le navire venait de Turquie, où avait échoué la majeure partie de l'armée WRANGEL, vaincue par les Rouges et repoussée vers les rives de la mer noire en novembre 1920. 
Rappelons que la révolution ne s'est pas imposée immédiatement en Russie, et qu'elle ne se limite pas aux "journées d'octobre" qui ont vu Lénine, par un putsch audacieux, s'emparer du pouvoir à Petrograd (devenue Leningrad sous l'URSS). 
De 1917 à 1921, plusieurs armées dites "blanches" (par opposition à l'armée rouge), ont mené avec l'appui de corps expéditionnaires américain, anglais, français et tchèque une "contre-révolution" qui a pris les allures d'une véritable guerre civile. 
Ces armées, composées de tsaristes mais également de républicains fidèles au gouvernement provisoire, ou de Russes effrayés par les excès des révolutionnaires, ont notamment combattu en Sibérie (amiral Koltchak) en Ukraine (Général Denikine), sur le Don (Cosaques de Kaledine) et en Crimée (Général Wrangel). Le pouvoir des soviets ne s'est durablement installé qu'avec la disparition des dernières forces blanches en Mongolie et au Turkestan, en 1921. 
De 1917 à 1921 la guerre civile a causé d'innombrables pertes humaines, dues aux exactions respectives des troupes blanches et rouges, et aux méthodes des bolcheviques, adeptes de la dictature du prolétariat et de la "terreur de masse". 
L'armée Wrangel, dernière armée "organisée" des tsaristes, a réussi sous la protection des marines française et anglaise, à embarquer dans l'ordre à Sébastopol et à quitter la Russie. 
Près de 120 navires, essentiellement russes, mais également une dizaine de navires français et quelques bateaux italiens et grecs, ont amené en Turquie, environ 110.000 soldats, dont nombre de cosaques du Kouban, et 30.000 civils, Ukrainiens pour la plupart. 
La marine anglaise, pour sa part, s'est contentée de rapatrier ses ressortissants. Seul un capitaine anglais, désobéissant aux ordres, a accepté des réfugiés, ce qui, pour l'anecdote, lui a valu une promesse de cour martiale de la part de l'amiral commandant la flotte britannique, promesse néanmoins doublée par des félicitations pour sa générosité. 

Le "RION", transport de troupes mixte, parti de Gallipoli, en Turquie, alors occupée par les troupes alliées après leur victoire sur l'Allemagne durant la guerre 14-18, a fait escale à Messine puis a terminé sa course à Ajaccio, victime d'une grave avarie de moteur. 
Sa destination finale devait être le Brésil, où comptaient s'installer les migrants. Seuls 600 d'entre eux seraient finalement parvenus à destination (Etat de Sao Paulo) en empruntant un autre navire. Les autres (près de 3.000) sont restés momentanément en terre corse. 

En 1924 on ne dénombrait plus dans l'île que deux à trois cents émigrés (chiffres variant selon les sources), les autres ayant choisi de gagner le continent français, où le marché de l'emploi se révélait moins étroit que celui de l'île, qui conserva quelques dizaines de migrants devenus "garçons de ferme" dans les villages de l'intérieur, quelques fonctionnaires contraints d'exercer des métiers n'ayant qu'un lointain rapport avec leur activité initiale, et certains techniciens (industriels, ingénieurs, commerçants) qui, à quelques exceptions près, ne retrouvèrent pas leur qualification d'origine. 

Nombre d'émigrés demeurés célibataires disparurent dans un certain anonymat au fil des ans. D'autres épousèrent des insulaires et fondèrent famille. 

Ils ont vraisemblablement incité d'autres émigrés russes et ukrainiens de leur connaissance dispersés en Europe à venir en Corse,  île dont ils vantaient certainement le charme et l'hospitalité, car on note des arrivées individuelles jusqu'à la veille de la seconde guerre mondiale. (Ce fut le cas de mon père, arrivé en Corse en 1928 nanti du fameux passeport Nansen)


Nous retrouvons donc actuellement en Corse des Amolsky, Aparine, Baranovsky, Bikodoroff, Borodine, Gourinovitch, Ivanov, Kotchef, Maïboroda, Mironenko, Voropaief, Pimenof, Popov, Seleznef, Serdukof, Tarrassenko, Teletsine, etc. 

Notre île ayant la faculté historique pourrait-on dire, de "phagocyter" ceux qui débarquent sur ses rivages, la génération suivante s'est pratiquement fondue dans le peuple corse et seuls les patronymes révèlent désormais l'origine de ces insulaires "insolites". 

Ajoutons pour compléter que le prince Youssoupov, connu pour avoir participé à l'élimination de Raspoutine, s'était installé en Corse, à CALVI, en 1924, où il avait fait l'acquisition d'une demeure, et que notre île compte aujourd'hui parmi ses habitants permanents ou temporaires des descendants du général WRANGEL. 
 
 

_________________________________________________



 

                                                                                                       


DE KIEV à ...... UCCIANI

Cf.  à ce propos le site kalinka-machja 
https://www.kalinka-machja.com/


article : 

ARRIVÉE DE "RUSSES BLANCS" EN CORSE. UN CHOC CULTUREL.



 
_________________________________________________

 

Russes et Ukrainiens en terre  de Corse.
Tiré du site   https://fr.wikipedia.org/wiki/Ucciani
 
UCCIANI
 
Géographie
 
Village situé à 420 m d'altitude, dans la vallée de la Haute Gravona et le parc naturel régional de Corse Distante d'Ajaccio de 28 kilomètres elle fait partie du canton de Celavo-Mezzana.
Superficie de 2 836 hectares (28,36 km²)
 
Toponymie
 
- Ucciani pourrait venir du grec Ekklesia qui veut dire église. En effet les premières maisons du village se seraient élevées il y a très longtemps autour de l'église Saint-Antonin, à peu près à l'emplacement du stade actuel. D'ailleurs, lorsque celui-ci fut aménagé, les bulldozers mirent au jour des fondations de cabanes qui malheureusement ne purent être examinées avant leur destruction complète.
- Ucciani pourrait aussi venir de l'adjonction de Uccius et de Ano, ce qui signifie en latin le domaine, la propriété d'un certain Uccius. Cette étymologie est donnée par monseigneur Rodié, ancien évêque d'Ajaccio. Il explique de la même façon l'origine de Bocognano : Bucconius Ano.
- Ucciani pourrait aussi venir du latin Oceano qui veut dire étendue d'eau, océan.
- Enfin, la tradition orale veut que Ucciani soit une très complexe déformation du corse Occej d'acqua qui signifie petite source et par extension lieu où abondent les sources.
 
Curiosités et célébrités
 
Des roches préhistoriques gravées ont été découvertes au Pugghiolu, hameau souche du village. Deux roches sont encore visibles derrière le clocher, à l'entrée du presbytère.
En outre, une statuette préhistorique de bronze en forme de sanglier a été trouvée au lieu-dit Perucchiolo.
 
 
Personnalités liées à la commune
 
- Bernadotte lors de son séjour en Corse, travailla comme soldat du Régiment royal marin à la construction du pont d'Ucciani, commencée sous l'Ancien Régime et achevée en 1805.
- Bonaparte pourchassé par les Paolistes en 1793 a trouvé refuge dans la maison des Poggioli qui l'accompagnèrent à Ajaccio.
- Le maréchal Alphonse Juin venu libérer la Corse en 1943 a été accueilli par les habitants du village d'Ucciani, dont sa mère est originaire.(1)
- Marius Casile Président du conseil général de la Corse-du-Sud (1976-1977), maire d'Ucciani (1965-1981).
- Pierre Ucciani, peintre corse, (Ajaccio 1851-Paris 1939), dont la famille serait originaire d'Ucciani
 

(1)  Avec lequel ma propre famille était apparentée par sa mère, d'origine corse (familles Pantaloni et Salini) qui avait épousé un gendarme "en garnison" à Bocognano.