Le blog de Pierre PASCALLON

LE BLOG de Pierre PASCALLON

 
 
Pierre PASCALLON
 
 Pour une « tour – phare »
 
à
 
Michelin – « Les Carmes » - Clermont-Fd
 
Les Notices de l’APDA
 
(Association pour la Promotion
et le Développement de l’Auvergne)
 
17 rue Prevote
63000 Clermont-Fd
 
Tél. 06 45 26 20 71
 
Mail : pierre.pascallon0054@orange.fr
 
 
 
N° 2 – Novembre 2013
 
 
 
         L’heure des grandes villes est venue ; l’heure des métropoles est venue, tant nous sommes à devoir avoir un poids significatif pour exister dans la rude compétition internationale qui est la loi de notre époque et le basculement des puissances qui risque de nous emporter.
 
         Des grandes villes, des métropoles qui dans cette perspective – pour marquer à plein leur existence et leur capacité – se sont engagées dans une course à la hauteur, avec des tours et des supertours, toujours plus hautes, qui en viennent à tutoyer les nuages. On ne peut pas en effet ne pas être frappés par tous ces projets et toutes ces réalisations à l’assaut du ciel.
 
 Cela est vrai chez nous, sur le sol du vieux continent, en France en particulier. On pense près de Clermont-Fd à la puissante agglomération lyonnaise qui voit grand en projetant de construire pas moins de 6 tours d’ici à 2020. On songe – c’est désormais une réalité – au « paquebot de verre », à l’immeuble tour du groupe CMA-CGM, 3éme armateur mondial à Marseille. On pourrait bien sûr multiplier les exemples en regardant les projets du côté de notre capitale, PARIS. De l’autre côté de l’Atlantique, citons en particulier le « One World Trade Center » à NEW-YORK. Mais il faudrait mentionner aussi et plus encore – et on a là-bas, au loin, avec l’appétit de géant des Maîtres des « nouveaux mondes » -  les édifices les plus pharaooniques qui ne cessent de battre des records de hauteur, à BAKOU, DUBAI, SHANGAI, SINGAPOUR …
 
          La ville de Clermont-Fd et demain – on a trop tardé – la métropole Clermont Val d’Allier ont la chance d’avoir – et c’est notre fierté – MICHELIN  qui est le leader mondial du pneumatique.
 
         On sait combien la « grande Maison » se montre entreprenante dans la capitale de l’Auvergne. Elle est en effet en train de faire de LADOUX le plus grand centre de recherche privé d’Europe ; elle investit dans le même esprit fortement aux CARMES qui abrite non seulement le siège social du groupe, mais aussi les directions opérationnelles mondiales.
 
         Aussi bien, dans le prolongement des réflexions précédentes, nous souhaitons – pour que MICHELIN contribue à rendre notre agglomération encore plus attractive -, que BIBENDUM nous donne aux CARMES, au centre de la ville – et il y a la place pour développer ce projet -, une « tour – phare » - à hauteur des flèches de la cathédrale – du type par exemple de la tour du Futuroscope.
 
         Cette « tour-phare » permettra encore davantage d’afficher à plein les capacités et le talent de « notre » firme alors que pointe la « désoccidentalisation » du monde du XXI siècle. Cette « tour-phare » serait dans le même temps un symbole très fort de l’esprit d’audace qui doit être désormais le nouvel horizon de la capitale de la Région d’Auvergne.


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Pierre PASCALLON

V- l' A.P.D.A.

05/01/2014 - 12:50

IV- Réflexions et activités récentes

 Pierre PASCALLON
 
 
La fusion des deux universités de Clermont :
 
Hommage à Patrick AKERMAN

 
 
 
Les notices de l’APDA
N° 3
Décembre 2013

 
« Le disparu, si l’on vénère sa mémoire, est plus présent et plus puissant que le vivant »
 
Antoine de St EXUPERY
 
            ● La bonne nouvelle est là : les deux universités clermontoises vont fusionner en 2017 après quelque 40 années ou presque de séparation (1976).
 
            On ne peut que se réjouir en effet de cette avancée – parce que c’en est une -, et saluer et remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la rendre possible. Dans cette perspective nul doute qu’il ne faille d’abord et surtout marquer l’étape décisive du PRES (pôle de recherche et d’enseignement supérieur) mis en place en 2008 autour de 5 établissements : Clermont Université, Université Blaise Pascal, ENITAC, ENSCCF et IFMA. En effet, les deux universités concurrentes devenaient dès cette époque des sœurs presque siamoises grâce à la création de ce pôle baptisé de façon sans doute prémonitoire « Clermont Universités », d’autant que les cinq établissements s’engageaient fin 2012 vers un établissement unique en 2017, ce qui rendait quasiment irréversible la fusion des deux universités. Entretemps, en 2007, les deux nouveaux Présidente et Président des deux universités, Nadine LAVIGNOTTE et Philippe DULBECCO, affichaient leur volonté commune d’un rapprochement. Enfin, plus récemment la loi sur les universités – entrée en application en Juillet 2013 – incitait fortement à la création d’entités capables de se faire une place aussi bien sur le plan national que sur le plan international. Nul doute que ce texte a sans doute accéléré la perspective de fusion des deux universités rappelée plus haut.
 
            ● Mais, à se retourner un instant vers le passé, quelle erreur et quel gâchis ont donc été la scission de l’Université en 1976. Les petits intérêts particuliers de petits Universitaires à la flamboyante médiocrité ont à cette époque réussi – avec l’appui des Pouvoirs Publics – à obtenir cette partition qui s’est faite, on s’en souvient, dans la douleur, amenant un enseignement et une recherche balkanisés. Il ne fallait pas pourtant être grand clerc pour voir que la coupure en deux universités de taille moyenne d’une université déjà limitée ne pouvait pas, ne pourrait pas renforcer l’attractivité et le rayonnement de Clermont-Fd, une capitale régionale … limitée.
 
            Nous avons lutté de toutes nos forces à l’époque – Patrick AKERMAN comme Président et moi-même comme Vice-Président de l’Université d’alors – pour tenter d’empêcher cette mauvaise partition.  Nous comprenions mieux peut être que d’autres – parce que nous étions là où nous étions, dans les filières où nous étions : CUST, Faculté Sciences Economiques – que cette scission allait nous faire perdre beaucoup de temps, beaucoup d’énergie alors que la grande mondialisation qui s’annonçait exigerait dimension, poids, taille critique, renforcement et non pas émiettement.
 
            On s’est battu ; on s’est battu en vain. Que d’années pour réparer les dégâts.
 
            A l’heure où tant ici et là bombent le torse et se rehaussent sur leurs ergots, il ne nous aurait pas été indifférent que les actuels responsables – dans les Universités, dans les médias - … rendent hommage à Patrick AKERMAN dont c’est la victoire posthume : ● Patrick AKERMAN homme de cœur et de conviction, homme de talent et de passion, qui voyait loin, sur le XXI siècle.
 
            Voila qui est fait avec ces lignes.
 
 
 
                                                                                                          Pierre PASCALLON
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Pierre PASCALLON

IV- Réflexions et activités récentes