blocnotes


Normandie

Après avoir écouté nos arguments, la Commission Nationale d'Aménagement Commercial a refusé l'implantation de Mac Arthur Glen sur le site de Douains. Il me semble intéressant de publier cette décision de la CNAC, qui a surtout retenu nos objections portant sur le plan environnemental : commerce excentré, éloigné des centres de vie et d'activité, danger de remontée de file sur l'autoroute, absence de modes de déplacement doux, etc.


Mac-Arthur Glen : la CNAC motive sa décision

Jean Edouard communique :


Dernière journée de mer
"Dernière journée de mer...

L'envie de rattrapper les 2 bateaux précédents s'est doucement, au fil de l'eau (!), transformée en espoir, puis en illusion et maintenant en "ce sera pour la prochaine fois " !!

Dernière journée de mer...

A penser surtout à toutes nos conneries, qui nous ont fait perdre XXX miles nautiques... Mais bon, maintenant, c'est le passé, et il  faut intégrer ces conneries à notre précieuse DataBase de marin afin de ne plus les reproduiire !!

Dernière journée de mer...

C'est un peu la fin des vacances, ce léger spleen mélé de "dommage, c'est déjà fini" et " l'envie de retrouver la terre, la famille, les amis, une DOUUUUCHE et une bonne bière fraiche !!"

Dernière journée de mer...

On se rend compte que malgrè notre déception sportive, nous avons réussi à aller au bout de cette transat et surmonter toutes les difficulté qu'elle nous a offert ! On a toujours tendance, en tant que compétiteur, à oublier la notion d'aventure qui prédomine dans de telles cavalcades. Et le plaisir de l'aventure, c'est justement, les aléas, les difficultés, la notion même de ne pas savoir ce qu'il va nous arriver !!

Dernière journée de mer...

Ne pas oublier que nous sommes des prévilégiés ! Pouvoir vivre ses passions, accomplir ses rêves sont la base de notre plaisir de vivre, de notre épanouissement et de sa réalisation personnel. C'est ce bénéfice, qui doit faire surmonter la frustration du résultat.

Dernière journée de mer...

Remercier, sincèrement, du plus profond de nous même, les femmes, les hommes, les partenaires qui nous ont aidés, soutenus, portés dans la réalisation de ce projet.

En premier lieu, bien sur Phoenix Europe Express, Carac, tous les partenaires de La rochelle qui ont soutenu Stéph, et à titre personnel, Eric de la ste De Biasio et Jean-Noel de la ste TACC.

Sans toutes ces personnes, sans leur participation, cette transat serait restée un rêve un peu flou, une chimère jamais accomplie.

Alors MERCI, MERCI et MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !

Remercier bien évidement Stéphanie (pas pour toutes les conneries qu'elle a pu inventer et tester durant cette course !!!!!!!!!!!!) mais pour avoir cru coute que coute à son projet. A s'être battue pour le financer, le structurer. A avoir payé le prix d'un tel rêve. A avoir dormi dans un clic clac pendant 1 an pour pouvoir goûter au plaisir d'être "au milieu".

Merci à la famille qui accepte autant de stress et d'absence afin que je puisse vivre ça.

Et pout finir, remercier chaleureusement Ocean's Eleven, notre "valeureux compagnon". Qui malgré son âge, son embompoint, à su faire fiere allure face à ces jeunes protos, tout juste sorti du moule (!) avec leur formes bodybuldées. Merci d'avoir encaissé, sans broncher, tous les pièges que la mer rageuse parfois nous a mis sur la route.

Rendez-vous pour de prochaines aventures !!

Il y en a une qui me ferait vraiment plaisir :

C'est en solitaire
C'est l'année prochaine
C'est sur de gros bateau
C'est sans escale
C'est la plus dure et la plus belle des courses...

Bonne journée à vous !!

Jean Edouard, au milieu de la mer des Caraïbes, communique :


Nouvelles du Costa Rica
« Instabilité en langage de marin, on dit: casse-cou...

Aucune Transat ne se ressemble.... celle-ci a comme caractéristique, l'Instabilité.

Je crois que depuis Le Havre, on a eu que 2 sessions de 6h sans manœuvre...  Le vent change en direction et en force en permanence... Des variations de 50 degrés et de +/- 15 à20nds.  Alors, où on est trop chargé, où on est sous toilé, virer ? Empanner ? Spi ? Code 0 ?  Et comme la mer est joueuse, vous avez beau patienter pour être sûr que ça se stabilise (et faire la route à l'envers, ou prendre des risques pour le spi), c'est une fois que vous avez manœuvré qu'il faut recommencer.  Depuis plusieurs jours, on n’arrive pas à garder une voile ou une route plus de 2h. Avec toujours le sentiment d'être déphasé par rapport aux phénomènes. C'est stressant (quand vous avez30nds sous spi), frustrant (quand vous avez 15nds sous code 0).  Il y a même plein de fois, où vous vous apprêtez à manœuvrer, vous avez les bouts en main, et hop, bascule de 30...ce sera pour plus tard !!

Il y a une chose qu'il faut éviter de faire pour garder le moral: c'est zoomer sur la trace de notre route... Je crois qu'au final, on aura fait 2 fois la distance initialement prévue...!  Cette transat, ressemble à un trek où vous n'éprouvez pas de plaisir sur le moment, il faut simplement se dépasser, faire ce qu'il faut à la fin pour mettre un pied devant  l'autre, jusqu'à la ligne. Le plaisir n'arrivera que plus tard.

Ben là, c'est pareil. C'est vague après vague. Manœuvre après manœuvre. Le plaisir arrivera à quai. Quand nous serons allé au bout de cette course de nous-même, de ces emmerdes, de ces conneries, de ces quarts à serrer les fesses en attendant le départ au lof...etc. etc...

La délivrance approche, encore un ou deux cols et ce sera bon.

Vagues après vagues...

Bon week-end  à vous

Jean-Edouard »


Samedi 26 Novembre 2011 | Commentaires (0)

Notre ami Jean Edouard et sa coéquipière Stéphanie Altan semblent scotchés à la 7ème place. Malédiction ?


Ah, non ! Sapristi, pas la 7ème place...
On se souvient de l'exploit de Jean Edouard dans la Route du Rhum, terminant dans le petit peloton de tête, à la 7ème place. Le scénario se répète... Allez Jean Edouard, tu peux encore gratter 2 places !

Class 40 : la messe n'est pas dite, titre le site officiel de la Transat Jacques Vabre.


Jacques Vabre : rien n'est joué en Class 40
Phoenix Europe Express pointe à la 5ème place, mais cette position n'est qu'apparente. En effet, explique le site,«  les anticyclones sont farceurs cette année. Après les Imoca, l’anticyclone des Açores pourrait bien porter un coup d’arrêt brutal à la flotte des Class 40 engagés dans la recherche des alizés. En se déplaçant vers le sud à grande vitesse, il étend progressivement ses tentacules. Seules les équipages les plus extrêmes devraient s’en sortir. C’est pourquoi, les équipages à la poursuite d’Aquarelle.com plongent plein sud quitte à s’éloigner de la route directe. Seuls les deux indépendantistes du nord Solo et 40 Degrees continuent de naviguer plein ouest avant de plonger vers les latitudes plus sud, poussés par un vent de nord de 15 à 20 nœuds quand l’alizé restera très instable. Mardi, la situation deviendra plus conforme à la normale et toute la flotte devrait pouvoir enfin bénéficier des alizés pour filer vers l’arc antillais. Ce sera l’heure des premiers comptes. »

Jacques Vabre : rien n'est joué en Class 40
"Enfin, on a sorti le spi !!! YEESS !! Ca fait du bien aussi de pouvoir faire sécher les fringues et le bateau !
 
La dificulté du jour réside dans la prise de décision stratégique concernant notre atterrissage aux Caraïbes. Cette décision va être l'une des clefs de cette transat.

Nous jouons face à des bateaux naturellement plus rapide que nous. Ca nous oblige a augmenter notre prise de risque sur notre placement sur l'eau. C'est peut être pas toujours visible, mais c'est ainsi qu'on a réussi à rester au contact et dans le bon paquet. Si jusqu'à présent il ne s'agissait que de petit décallages et recalages, là il va falloir choisir son camp et optionner.

Il existe une petite tempête tropicale dans la mer du Mexique qui a tendance à remonter vers le nord. En attendant, elle perturbe pas mal le système. On a une bulle anticyclonique qui nous tombe dessus et qui dit bulle dit absence de vent...!

2 solutions:

- Route Nord à priori plus rapide mais qui nous fait arriver par le Nord des Caraïbes. Très risqué avec des infos à 10 jours pas toujours fiables. Cette route nord nécessite de traverser la bulle anticyclonique. Et l'ordinateur est toujours optimiste sur nos vitesses potentielles en absence de vent...

- Où alors la route Sud, pénalisante dans un premier temps au niveau de classement, par rapport aux deux bateaux anglais calés plus au nord sur l'ortho. Le risque de cette route réside dans un début de création d'une dépression un peu merdique que le modèle météo nous prévoit d'ici 4 jours, en plein sur notre route. Il sera toujours temps d'aviser un recalage d'ici là.

On a donc décidé de faire route au sud, en contournant cette bulle. Celà nécessite d'effectuer plusieurs empannages afin de réaliser ce que l'on appelle dans le jargon des marins "une aile de mouette" : c'est la forme que prend notre route avec ces empannages successifs.

C'est un jeu dangereux, où il faut rester lucide et "petit joueur". En effet si on pousse trop notre aile de mouette, on risque de dépasser le rebord de l'anticyclone et de tomber immédiatement dans les calmes... Le fait qu'il déscende sur nous nous oblige à être encore plus vigilant et empanner plus tôt.

Ce sera le gros boulot de ces prochaines 48H. Mais ce sera un bout au sec !! Bonne nuit à vous."

A proximité des Açores, Stéphanie et Jean Edouard prennent une première option sur le podium en Class 40, passant en 3ème place de la Transat Jacques Vabre ! Tenez bon, les amis !


Le classement, mercredi matin
Le classement, mercredi matin
Pour notre sympathique Jean Edouard - patron du cinéma de Louviers - la nuit de lundi a pris un doux parfum : à bord de son vieux rafiot de série, l'ex Ocean Eleven, il est passé devant Groupe Picoty , le prototype hyper-performant dont on lui avait confié la barre pour la Route du Rhum...

On sait que la Transat Jacques Vabre n'est pas de tout repos, mais l'équipage de Phoenix Europe Express ne s'attendait pas à voir leur bateau attaqué par un requin. Jean Edouard et Stéphanie n'en reviennent pas.


Transat Jacques Vabre : attaqués par un requin !
Par vacation radio, à 5h GMT, Stéphanie Alran raconte...

Des nouvelles de la Transat Jacques Vabre : samedi à 17 h 30 Stéphanie Alran et Jean Edouard Criquioche sont dans le peloton, à la 9è place.


 La Transat Jacques Vabre se trouve en plein Golfe de Gascogne, à la hauteur de l'Espagne. Après la terrible baston du début de course, le temps a molli et la tactique devient prépondérante. Comment négocier la dorsale anticyclonique et retrouver au plus tôt de jolies brises ? C'est la question de cette nuit.

En Class 40, trois échappés mènent la danse, emmenés par un leader : Yannick Blestaven et Eric Drouglazet sur Aquarelle.com.  Un peloton mène la chasse, où l'on retrouve Stéphanie et Jean Edouard sur Phoenix Express.

A noter : la course dans la course : l'ancien équipier de Jean Edouard, sur Groupe Picoty, bateau plus jeune et beaucoup plus performant que Phoenix Express, n'a que dix milles d'avance... Je ne serai pas étonné que Jean Edouard « mette du charbon » dès que la météo le permettra. Une belle régate en perspective...

J'ai emprunté la carte ci dessus au site officiel de la Jacques Vabre. Vous y trouverez tout : cartographie et vacations en temps réel. Sur la carte, le leader Aquarelle.com figure en rouge. Phoenix Express est colorié en vert.
Situation de course samedi 17 h 30
Situation de course samedi 17 h 30

Voici le dernier message en provenance de Phoenix Express relevé sur le site de l'association Velevent :

" Bonsoir à tous, 2h du mat heure française, après une p'tite manoeuvre, passage de quart, ça bombarde sous solent et GV haute à 11noeuds 5 !

Aujourd'hui journée ensoleillée, temps idéal pour faire sécher quelques affaires. Après donc la washing machine, opération séchoir!!
En fin de journée, de bons petits grains qui vous aspirent ou vous empétolent grrrr !!

 
Et en guise d'apéritif, ça va en faire raler quelques uns même ceux qui sont à terre : foie gras à volonté !! Il fallait bien embarquer à bord un peu de campagne Tarnaise ;)

L'équipage se porte bien et on est à donf pour grapiller quelques places

Stéphanie de Phoenix Europe"

M Real : la fermeture est enclenchée, les salariés bloquent le site
La mauvaise nouvelle est tombée ce mardi matin. Le groupe finlandais propriétaire de l'usine d'Alizay MReal a refusé les propositions des deux derniers repreneurs restant en lice.

Le processus de fermeture est donc enclenché.

Dernier espoir : une médiation est ouverte sous l'égide du ministre Bruno Lemaire avec les salariés et les repreneurs.
Suite à l'annonce de la mise en route de la procédure de fermeture du site, les salariés ont immédiatement décidé l'arrêt du travail et le blocage de l'usine.

J'ai le même âge que Steve Jobs, disparu hier. Je suis un enfant de l'échec scolaire... J'ai coutume de dire que je n'ai pas d'autre diplôme que mes permis de conduire ( moto, auto, bateaux...) J'ai fait beaucoup de métiers avant d'être élu.
L'informatique - plus particulièrement la vision d'Apple et Jobs de l'informatique - a sauvé ma vie professionnelle...
Alors j'aimerais que les parents d'ado en mal de devenir, que les ados et jeune gens déboussolés par l'échec scolaire lisent les « Trois histoires » racontées par Steve Jobs sur la vidéo suivante, en VOST. En hommage...




Jeudi 6 Octobre 2011 | Commentaires (0)
1 ... « 3 4 5 6 7 8 9

Inscription à la newsletter