II faut choisir : ça dure ou ça brûle ; le drame, c'est que ça ne puisse pas à la fois durer et brûler. Albert Camus

« Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point », cette citation de Pascal reflète la dualité de nos cerveaux gauche et droit, et surtout celle de notre cœur et de notre cerveau. Car fait scientifique encore méconnu, le cœur a aussi des neurones !
Explications de Ferial Furon et Marjorie Poeydomenge à l’occasion de la sortie de leur livre La revanche du cerveau droit (Editions du Dauphin, 2022), sur la radio insolite d'Alain Moreno


Spécial Saint Valentin : découvrez l’intelligence du cœur et l’optimisme de Jung et de Spinoza sur le désir
Avec les avancées de la science, on sait maintenant que le cœur est bien plus qu’une simple pompe chargée de la circulation sanguine. Il contient un système nerveux d’environ 40 000 neurones et son champ électromagnétique est 5000 fois supérieur à celui du cerveau. Sur le plan énergétique : le champ électromagnétique du cœur est le plus puissant de tous les organes. Et il varie en fonction de l’état émotif. Lorsqu’on a peur et qu’on ressent de la frustration, il devient chaotique et il se remet en ordre avec les émotions positives. Tous ceux qui nous entourent reçoivent l’information de ce champ électromagnétique.
Lorsqu’on pratique la cohérence cardiaque par la méditation, les bienfaits sont tangibles : cela augmente l'ocytocine (hormone de l'attachement) et de la DHEA et diminue le cortisol (stress).


L’amour démarre dans le cœur. Mais comment l'amour se manifeste dans le cerveau alors ?


L’ocytocine joue un rôle important dans notre cerveau, car c’est l’hormone de l’attachement, du lien social et de la confiance. L’ocytocine nous apaise et nous dorlote. Mais il y a aussi la dopamine qui intervient dans les coups de foudre ! La dopamine, c’est l’hormone du désir. Lorsqu’on a un coup de foudre, on peut rougir, avoir mal au ventre, on a envie de partir en courant, on n’a plus d’appétit, c’est l’effet de l’adrénaline. Heureusement, la dopamine intervient pour contrebalancer l’effet de l’adrénaline et nous motive pour aller jusqu’au bout de notre désir. La dopamine c’est plus la recherche du plaisir, de la récompense. Si on stimule tout le temps la dopamine, on risque de devenir addict aux conquêtes amoureuses, voire à l’amour romantique. Si on cite la figure littéraire de Don Juan, Don Juan a besoin de conquêtes car cela le stimule. Il est dépendant de ces récompenses. Il se dope à la dopamine. A l’inverse, l’ocytocine est l’hormone de l’intimité. Elle supprime le stress et a plus l’effet d’endorphine. C’est probablement l’ocytocine qui permet à un couple de durer pendant des années. Car avec la dopamine, l’amour devient vite jetable… Même si les coups de foudre sont des beaux moments à vivre ! Quand Beigbeder écrit que l’amour dure 3 ans, c’est plus l’effet des phéromones et de la dopamine …

On aime avec l’ocytocine et la dopamine. Mais est-ce qu’on aime plus avec son cerveau gauche ou son cerveau droit ?

Il y a un lien entre « la revanche du cerveau droit » et l’intelligence du cœur.
Dans notre monde moderne technologique, lorsqu’on évoque l’intelligence ou la conscience, on pense exclusivement au cerveau mais cela incarne une pensée froide, un intellect coupé des émotions (le cerveau gauche en est le symbole). Par sa revanche, le cerveau droit ouvre la voie de l’intelligence du cœur qui incarne la plus haute forme d’accès à la connaissance : comme dirait Spinoza, c’est le 3ème genre de connaissance qui repose exclusivement sur l’intuition. C’est une intelligence supérieure qui s’active avec des émotions positives et un total lâcher prise.
Passer de l’intelligence cérébrale à l’intelligence du cœur pourrait incarner le principe d’individuation de Jung : un parcours initiatique qui nous conduirait à nous connecter à notre véritable essence.

En amour, vaut-il mieux adopter l’optimisme de Jung ou le pessimisme de Freud ?


Dans notre livre, on évoque la différence de vision entre Freud et Jung sur le plan de la libido. Jung voit dans l’amour un phénomène de transformation : il nous aide à nous accomplir. C’est le principe d’individuation. Pour Freud, l’amour est presque une condamnation ! Il y a quelque chose de très pessimiste chez le pionnier de la psychanalyse : tout est sexuel et sans âme. Alors que la libido pour Jung est créative, elle permet de se dépasser et de se rapprocher de sa vérité. C’est un élan vital comme chez le philosophe Bergson. Freud est très médical dans son approche de l’amour, il scinde le développement libidinal en trois stades clés : oral, anal et phallique. Freud en cantonnant la libido à la sexualité, il a indirectement sexualisé l’amour. Or l’amour n'est pas que sexuel ! L’amour est plus complexe, plus complet, plus mystérieux. C’est un élan. Ça ne consiste pas juste à l’aboutissement du désir sexuel. Chez Freud, L’amour est comme une névrose dont il est difficile de se délivrer. Dans Malaise d’une civilisation, Freud se montre très pessimiste. Il écrit que nos facultés de bonheur sont limitées par notre constitution. Contrairement à Jung, pour qui l’amour est un mystère qui nous aide à nous réaliser et à nous élever, l’amour chez Freud est plutôt un schéma répétitif dont on ne se libère jamais.

Si on quitte alors le côté obsessionnel de Freud, est-ce que l’amour peut être alchimique plutôt que chimique ?

Le cœur est passionnant sur le plan du symbolisme, il est à la fois :
- Le centre du corps, le centre névralgique
- le désir, l’ardeur, l’élan vital, la connaissance des lois du cosmos (la loi de l’Amour, l’arbre de vie, la reliance au grand Tout)
- la vie, une énergie mystérieuse qui lutte contre la mort, l’entropie (le désordre)
- Sur le plan alchimique, le sang représente l’union de l’eau et du feu, union de la matière et de l’esprit, de la lune et du soleil, de la spontanéité et de l’ordre, de la vie et de la conscience ou de l’instinct et de l’intellect.
- Evoque le Graal, calice qui aurait servi à recueillir le sang du Christ.
- L’œuvre au rouge des alchimistes : un aboutissement. Les instances de la psyché sont réunies à leur juste place dans une harmonisation des contraires qui évoque une vision élargie de la réalité.
- Apollon et Dionysos.
o Ces deux divinités se retrouvent dans l’espace du cœur : Apollon avec sa couronne de laurier symboliserait les coronaires et Dionysos avec sa coupe symboliserait le cône qui reçoit le sang de l’organisme.
o C’est pour cela qu’on considère le cœur comme l’espace de l’intelligence. Et dans toutes les traditions anciennes, l’intelligence est située dans le cœur alors que dans notre époque moderne technologique, on place l’intelligence dans la tête (cerveau) qui se contente de décrire le réel.
En alliant Apollon et Dionysos, l’intelligence du cœur représente la trans-lucidité comme dirait Luc Bigé dans notre livre. Être à la fois dans l’espace de transe dionysiaque en lien avec l’âme du monde et de lucidité apollinienne. C’est ce que nous symbolisons dans notre livre par une communication harmonieuse et une parfaite alternance entre notre cerveau droit et notre cerveau gauche.

Apollon et Dionysos, un clin d'oeil à la philosophie de Nietzsche ?

Sur la plan philosophique, comme l’avait écrit Nietzsche dans La naissance de la tragédie, Apollon est dans la mesure et l’harmonie, alors que Dionysos est dans la démesure, la passion… C’est un peu comme le symbole de la sérotonine vs dopamine… Nietzsche a une vision optimiste de la passion, mais attention il faut être un surhomme pour ne pas en mourir…

Un autre philosophe que nous citons dans notre livre et qui a une vision très optimiste du désir est Spinoza. L’amour devient une joie avec Spinoza. Le désir est l’essence de l’Homme chez notre philosophe hollandais. Il nous pousse vers ce qui nous manque pour nous réaliser. Mais attention aux passions tristes… Lorsqu’un amour affaiblit, c’est certainement que la destination n’était peut-être pas pertinente. Le désir doit nous rapprocher d’un sentiment de plus grande puissance. Ce qui est en fait très proche de la volonté dé puissance de Nietzsche. Le désir n’est pas mauvais en soi, ce qui est important est que de comprendre pourquoi une chose ou une personne nous attire. Quand nous sommes tristes, Spinoza nous propose de remplacer ce désir frustré par un désir plus grand. Par exemple le sentiment de béatitude peut contrarier les « appétits lubriques ». Cela reflète la chimie encore une fois de notre cerveau : la sérotonine peut nous aider à surmonter le côté addictif de la dopamine. Il faut se méfier des bonheurs d’excitation permanents. Passion veut dire souffrir en grec. La passion c’est ce que l’on subit… Ce qui est toujours dangereux en amour c’est de subir, d’être dans l’attente, d’être dans l’obsession… L’amour qui nous empêche d’avancer, de passer à l’action, bref qui nous fait perdre de l’énergie.
Quand une passion amoureuse est bien orientée, elle nous mène vers la joie. L’amour est une joie. Si on reprend le concept de cerveau gauche / cerveau droit, le cerveau droit est plus dans l’universel, le global, alors que le cerveau gauche davantage dans le détail et la maîtrise. Or en amour il faut savoir lâcher prise à certains moments et revenir vers son cerveau gauche pour être raisonnable.

La philosophie grecque reste aussi une belle école de la sagesse pour appréhender l’amour. L’amour dans l’Antiquité grecque revêtait 3 notions :
- l’amour Agapé, qui est l’amour inconditionnel,
- Eros l’amour érotique
- et Philia, l’amour amitié.

Eros serait plutôt l’amour physique, Philia l’amour complice : « je suis content que tu existes » et Agapé, l’amour divin et universel, nul besoin de réciprocité… Les 3 types d’amour sont importants.

La Saint Valentin célèbre ses trois types d’amour, ne l’oublions pas. Rappelons-nous surtout de l’histoire de la Saint Valentin, à l’origine il s’agissait d’une fête romaine païenne, où les hommes fouettaient le ventre des femmes pour favoriser la fertilité ! Et ils buvaient jusqu’à plus soif ! Ce qui était très dionysiaque. Le pape au Vème siècle a voulu changer la tournure en créant la fête de l’amour spirituel avec la Saint Valentin le 14 février.

Vive donc l’amour physique, spirituel et complice !

Spécial Saint Valentin : découvrez l’intelligence du cœur et l’optimisme de Jung et de Spinoza sur le désir
Enfin appliquer les préceptes d’Epicure « Donner plus que recevoir » aide à fabriquer de la sérotonine (dont on parle dans notre livre La revanche du cerveau droit). Donc n’hésitez pas à offrir des cadeaux pour la Saint Valentin, votre cerveau vous récompensera !

Pour visualiser l'émission en intégralité et l'interview dont est issu l'article : Intelligence du coeur - le cerveau facilitateur - Spécial Saint Valentin sur Radio Insolite


La revanche du cerveau droit, une ouverture pour demain, Ferial Furon et Marjorie Rafécas-Poeydomenge, Les Editions du Dauphin. 2022
Spécial Saint Valentin : découvrez l’intelligence du cœur et l’optimisme de Jung et de Spinoza sur le désir

Marjorie Rafécas
Rédigé par Marjorie Rafécas le Lundi 14 Février 2022 à 22:03 | Commentaires (0)

Recherche






Profil
Marjorie Rafécas
Marjorie Rafécas
Passionnée de philosophie et des sciences humaines, je publie régulièrement des articles sur son blog Philing Good, l'anti-burnout des idées (http://www.wmaker.net/philobalade), ainsi que sur La Cause Littéraire (https://www.lacauselitteraire.fr). Je suis également l'auteur de La revanche du cerveau droit co-écrit avec Ferial Furon (Editions du Dauphin, 2022), ainsi que d'un ouvrage très décalé Descartes n'était pas Vierge (2011), qui décrit les philosophes par leur signe astrologique.




Infos XML

RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs