II faut choisir : ça dure ou ça brûle ; le drame, c'est que ça ne puisse pas à la fois durer et brûler. A. Camus

PHIL-ANALYSE

Lundi 26 Février 2007

Pourquoi ne pourrait-on pas avoir une femme "sainte" dans un corps de seins?


Couverture de Philosophie Magazine
Couverture de Philosophie Magazine

Si j’ai cherché à décrire brièvement la nature masculine, c’est non pas pour la critiquer, mais juste pour mieux cerner la dialectique dans laquelle la nature féminine est emportée. L’homme a voulu satisfaire son désir de puissance en créant une nature féminine inoffensive. Il a refusé et refuse encore dans certains pays une nature immatérielle pour les femmes. Elle est soit blanche soit noire, mais jamais grise…

Dans l’inconscient collectif, il y a comme deux natures de femme qui se battent en duel : d’un côté la femme mère reliée à un foyer et à des gros gâteaux en chocolat… Et d’un autre côté, la femme objet, objet de désir, un peu plus lunaire. Si vous voulez en grossissant le cliché, c’est l’opposition entre une femme à l’allure "jupe écossaise", cheveux bien tirés par un serre tête et une diablesse, à la lingerie noire, rouge pulpeux, regard félin… Bien sur cette opposition est une fausse opposition, et l’objectif de cet essai serait de démontrer que ces deux femmes font partie de la même nature.

Beaucoup d’intellectuelles femmes critiquent celles qui sont plongées dans leurs pots de crème et maquillage… Elles ont le même réflexe masculin envers leurs semblables : "les femmes aiment trop les accessoires, la futilité, elles sont comme des fleurs végétatives…". Mais le leurre c’est de croire que l’apparence en soi est dénuée d’intérêt. Ce qui est néfaste c’est de ne vivre qu’à travers l’apparence, mais jouer avec l’apparence fait partie de la vie. La vie est apparence aussi. "la vie est femme" comme dirait Nietzsche.

Pour illustrer ce faux combat inspirons nous de la démarche marketing "Apple" : cette marque vient de sortir un nouveau design d’ordinateur plus rond, plus féminin, moins austère… On pourrait y voir à première vue l’opposition classique goût masculin (symbole de puissance et d’agressivité) et goût féminin plus sensuel. Mais une journaliste a cherché à être plus fine dans son analyse, elle pense que ce peut être aussi une rupture avec la tradition protestante ( toujours sombre et sobre par souci d’efficacité et de refus de futilité) pour un sens de l’esthétique plus latin.

Dès lors la futilité n’est pas qu’un attribut féminin, mais l’aboutissement d’un choix esthétique.

Par ailleurs tout en restant dans le domaine esthétique, pourquoi dans la haute couture, une mode filiforme, squelettique, plate s’est imposée à l’image de la femme. Comme si la mode cherchait à remplacer l’éthique des ascètes en sacralisant un état anorexique de la femme. Oui ce n’est qu’une mode, mais peut-être pas une mode sans signification…

Toute la confusion vient des seins…

La femme est la seule femelle du monde mammifère à avoir une glande permanente proéminente et supérieure. Par conséquent sa poitrine n’a pas qu’une fonction nourricière comme chez les autres femelles. Certains psychologues pensent que comme l’ étymologie du terme "sein", "sinus" en latin qui signifie le petit espace entre les seins, les seins pourraient aussi représenter une nidation externe. Mais retenons l’idée d’une multifonctionnalité du sein.

Les seins reflètent le paradoxe féminin, à la fois connotés de lait maternel et de rondeur sensuelle, ils ne forment qu’une nature. Donc pourquoi les hommes cherchent-ils à diviser ces seins en des seins "saints" et des seins aussi dangereux que des pointes d’oursins.. Peut-être parce que les hommes ont peur de l’attrait qu’ils ont pour les femmes, et que la meilleure façon de briser une attirance ou de "rompre un charme" c’est de classer les femmes en les dénaturant, les bonnes et les mauvaises… J’ai même vu récemment un site anglophone virtuel créé par des "machos" ayant pour finalité de résister à la "sexploitation" de la femme"!

C’est le même paradoxe que l’on retrouve dans une oeuvre de Prospère Mérimée " Il y a deux vénus sous mon toit, l’une je l’ai trouvée dans la terre comme une truffe; l’autre descendue des cieux…". Cette méthode de classer chère à la démarche scientifique est comme une construction abstraite salvatrice qui permet d’échapper aux ruses de la nature.

Mais il est temps de prendre conscience qu’il n’existe pas de femmes pures ou femmes impures. Sein ou pas sein, la femme ne devrait pas changer de nature.

La femme n’a jamais vraiment eu une place privilégiée dans la métaphysique parce qu’elle a été jugée trop impure, trop charnelle, trop proche de la vie finalement. C’est d’ailleurs pour cela que Schopenhauer a écrit à ce sujet " l’ascète sauve de la vie. Les femmes ne l’ont pas voulu c’est pourquoi je les hais."

Nietzsche bien que misogyne, dans son combat contre la morale chrétienne, a conçu une philosophie qui dévoile un "dieu" plus féminin, plus proche de la terre. A-t-il vraiment tuer dieu ou le dieu des hommes pour le remplacer par Dionysos un dieu plus féminin?

Dionysos : une métaphysique au féminin?

Chez Nietzsche, on retrouve grossièrement une vénération de la beauté et une reconnaissance de la fertilité. La femme rassemble ces deux attributs en elle : belle et fertile. Dionysos, tout comme l’ivresse, est double. Le buveur est incapable de se libérer de cette dualité, entre le sublime et l’abîme. Il y a donc une dialectique dans l’ivresse dionysienne, une solidarité des contraires.

On retrouve paradoxalement dans Dionysos l’envie de terre, de vignes, de fertilité et en même temps une quête du sentiment d’apesanteur. L’ivresse cherche à nier les lois de la gravité tout en restant dans les limites d’un corps humain. Finalement avec Nietzsche on change de diable, pour lui le diable c’est la pesanteur, un monde bloqué dans l’espace et dans le temps. Il oppose à une vérité mécanique une vérité esthétique qui prône pour plus de futilité, d’apparence. Donc dans Dionysos il y a une volonté inlassable d’échapper à un monde abstrait où tout est prévisible.

Ainsi la femme n’est ni la vie, ni une beauté éternelle, elle est double. Elle est un rythme. On a trop demandé à la femme de s’immobiliser, de se sédentariser. A travers Isadora Duncan, cette danseuse passionnée par la culture grecque antique, on peut pressentir en elle une femme dionysiaque. Mais les hommes pourraient nous rétorquer qu’elle est morte de son trop plein de futilité: morte étranglée par sa propre écharpe si longue, qu’elle s’est accrochée à la roue de sa voiture… Mort tragique ou comique, cette défunte aura laissé les traces d’un rythme. A travers la musique, on pressent une "pulsation transparente du monde". La femme lorsqu’elle est enceinte a deux rythmes dans son corps : les battements de son cœur et ceux du bébé. Et Dionysos est une sorte de dieu du cœur.

Comme on n’imagine pas une ivresse carrée, on n’imagine pas le corps d’une femme carré, mais plutôt hyperbolique, souple. La conception du temps échappe aussi à la linéarisation du temps, il devient un retour à l’identique, un rythme renaissant sans cesse.

Donc s’il devait exister une métaphysique au féminin, je pense que ce serait à la fois cette quête de la vie à travers le rythme et cet amour de l’apparence qui embellit la vie. Il est clair que la métaphysique d’un ascète parait peu compatible avec une éthique dionysiaque. Il ne s’agit pourtant pas de détruire le dieu mathématique ou un dieu abstrait qui légifère, mais simplement de cohabiter avec une métaphysique du rythme et d’apparence.

Par ailleurs cette nature métaphysique n’est pas réductible à un corps de femme, les hommes peuvent aussi se complaire dans cette conception du monde, tels les poètes, les artistes en règle général. Tout comme les femmes, les poètes (exclus du monde platonicien) ont été ridiculisés.

Grâce à l’image de la femme, on pourrait enfin reconnaître le caractère essentiel d’une éthique de la création, qui s’opposerait au caractère nihiliste de l’instinct de domination. On ne devrait pas déprécier les littéraires ou les artistes par rapport aux scientifiques, les uns sont aussi nécessaires que les autres, bien qu’ils ne participent pas à la même métaphysique, ils se complètent, comme les femmes ont complété les hommes. Et j’insiste particulièrement sur le fait que la reconnaissance d’une nature féminine permettrait d’éviter un deuxième Hiroshima.



J’ai préféré insister sur le côté métaphysique et non sur le côté politique mais il a existé et existe encore une telle confusion entre la métaphysique et la politique, qu’en modifiant la conception immatérielle de la femme, on peut changer son rôle social. Je suis convaincue que le progrès d’une société dépend de l’émancipation de la femme, qui n’est autre que la reconnaissance de sa vraie nature.

Même si la beauté de la femme est un de ses attributs, elle n’est pas réductible à un objet et on ne peut pas lui dire comme Dalí :

"la moindre chose que l’on peut demander à une statue c’est de ne pas bouger".

De quel droit l’homme déprécierait la femme ou la répudierait lorsqu’elle s’avère trop vieille?!

On ne peut pas lui demander non plus un rôle d’esclave inintéressant à l’heure de la technique avancée, la femme ménagère est dorénavant remplacée par des petits robots.

Par ailleurs si ces arguments ne sont pas convaincants, on peut aussi rajouter que dans l’éducation de l’enfant, la mère a toujours eu un rôle important. Donc pour le bien de l’enfant, il est préférable d’avoir une mère cultivée, ouverte au monde, souple. C’était déjà l’argument invoqué par Stendhal au XIXème siècle "Comme mères elles donnent aux enfants males, la première éducation, et cette influence" à 4 ou 5 ans est assez déterminante. Donc quel intérêt l’humanité aurait-elle à dévaloriser la femme?

Après le paradis d’Eden, le paradis artificiel de Baudelaire ne serait-il pas la femme?

" je sais que je te dois la vie. Je sais ce qu’il t’en a coûté de labeur et de soleil sur les épaules. Tu m’as donné la vie, je t’en récompenserai (…) car j’éprouve une joie extraordinaire."

A la question de Virginia Woolf "pourquoi les hommes boivent-ils du vin et les femmes de l’eau?"

Baudelaire répond :

" un homme qui ne boit que de l‘eau a un secret à cacher à ses semblables"…

La femme a caché en effet pendant des siècles une belle nature source d’optimisme.

Marjorie Rafécas
Rédigé par Marjorie Rafécas le Lundi 26 Février 2007 à 21:25 | Commentaires (1)

Recherche


Descartes n'était pas Vierge, un livre décalé sur les philosophes décrits par leur signe astrologique, pour mieux se connaître en philosophant. Pour en savoir plus, cliquer sur l'image ci-dessous.







Profil
Marjorie Rafécas

Infos XML

RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs


Recherche